Pourquoi la lettre ouverte d’Inès Ibbou à Dominic Thiem pose-t-elle problème ?

« Tu es mon héroïne », « Respect ». C’est par ces mots qu’ont réagi Venus Williams et Nick Kyrgios à la lettre ouverte d’Inès Ibbou à Dominic Thiem, numéro 3 mondial. Une vidéo de presque 10 minutes dans laquelle la joueuse algérienne répond à l’Autrichien, qui a dit ne pas vouloir participer au fonds de solidarité pour les joueurs moins bien classés. Une vidéo importante sur le fond, mais mauvaise sur la forme. Explications.

Les faits

Fin avril, Dominic Thiem, récemment finaliste à l’Open d’Australie, donnait une interview au quotidien d’information autrichien Kronen Zeitung. Dans le même temps, et dans le contexte de l’épidémie de Covid-19, la mise en place d’un fonds de solidarité pour les joueurs moins bien classés – entre la 250ème et 700ème place mondiale – était discutée. Le n°1 mondial Novak Djokovic, à l’origine de l’initiative, proposait alors aux joueurs du top 100 un barème de participation : chacun donnerait entre 5000$ et 30 000$, selon son classement. Ce qui signifie que l’Autrichien, 3ème joueur mondial, aurait été tenu de donner la somme maximale.

Interrogé à ce sujet lors de l’interview, ce dernier a pris une position différente de ses confrères et s’est montré sceptique quant aux modalités d’attribution de ce fonds d’aide commun. Ses propos, à retrouver ici, ont directement été traduits puis relayés par différents médias. La plupart du temps, ils ont ainsi été présentés comme tels :

« Plusieurs d’entre eux ne sont pas très professionnels. Je ne vois pas pourquoi je devrais leur donner de l’argent »
« Aucun joueur de tennis ne se bat pour survivre, même ceux qui sont moins bien classés. Aucun ne va mourir de faim. […] Je préfèrerais donner de l’argent à des personnes ou des organisations qui en ont vraiment besoin ».

La réponse d’Inès Ibbou

Des propos qui, deux semaines plus tard, ont fait réagir Inès Ibbou, 620ème à la WTA, dans une lettre ouverte adressée à l’Autrichien. Le but ? Raconter son histoire, et faire entendre sa voix et celles des autres qui partagent sa réalité.

Une vidéo de 10 minutes dans laquelle l’Algérienne de 21 ans revient sur son parcours : les sacrifices financiers de sa famille, les installations peu adaptées, l’absence d’aide et de reconnaissance malgré ses bons résultats, les procédures compliquées d’obtention de visa, son implication et travail quotidiens… Tout y est.

Une démarche qu’elle justifie en expliquant qu’elle s’est sentie « insultée » et « blessée » par ses propos, qui, selon elle, ne respectaient pas ses sacrifices, son travail et sa persévérance. Montrer son quotidien lui semblait donc nécessaire pour, en quelque sorte, lui montrer qu’il avait tort.

« On n’insulte pas les sacrifices et difficultés des autres avec des commentaires offensifs ».

Des propos déformés

Seulement voilà… Si Inès Ibbou assure que ce sont ses propos, et non le fait qu’il ne veuille pas contribuer au fonds de soutien, qui la dérangent, il s’avère justement que les mots de l’Autrichien… ont été déformés. Ou, du moins, rapportés hors contexte. Exemples :

Extrait de l’article de L’Equipe mentionné plus haut, qui ne précisait pas, dans son tweet, que l’Autrichien parlait des joueurs qu’il avait vus de ses propres yeux pour affirmer que « beaucoup ne sont pas très professionnels ».
Même constat ici : « J’ai vu des joueurs sur le circuit ITF qui ne se donnent pas à 100%. »
1. En ce moment (c’est-à-dire, dans le contexte de la crise sanitaire), les joueurs moins bien classés ne se battent pas pour survivre, dans le sens où ils ne vont pas « mourir de faim ».
2. Il y a « certains » joueurs qui ne sont pas si professionnels et ne font pas les efforts qu’il faudrait. C’est à ce groupe de joueurs là que Dominic pense qu’il ne devrait pas donner de l’argent.

Au vu de la polémique naissante, l’Autrichien a d’ailleurs tenu à éclaircir ses propos, quelques jours plus tard. Mais ses explications ont, plus ou moins, été passées sous silence :

« Il y a plusieurs choses qui me dérangent. Je ne changerai pas d’avis. Il y a des joueurs que je n’ai pas envie d’aider ». Cependant, « certaines choses que j’ai dites sont apparues comme trop dures ».
Thiem mentionne que le classement est constitué de 2 000 joueurs. Certains d’entre eux ne sont pas professionnels. Il dit qu’il est d’accord pour aider les joueurs qui arrivent…
… et suggère que les joueurs devraient pouvoir choisir directement lesquels ils veulent aider. Il en choisirait certains « qui en tireraient vraiment profit, en ont le plus besoin, et méritent d’être soutenus ».
« J’aimerais choisir moi-même qui aider. Je ne changerai pas d’avis là-dessus. Quand je jouais des Futures, il y avait beaucoup de joueurs que je ne soutiendrais pas maintenant ».

Thiem, injustement insulté et dénigré

Et c’est là tout le problème. L’Algérienne répète que, non, elle n’a rien demandé à Dominic Thiem, qui, elle l’admet, n’est même pas responsable des difficultés qu’elle rencontre :

« Je ne tiens même pas Dominic Thiem responsable de ça » (c’est-à-dire, les inégalités entre les joueurs).
« Je n’ai pas demandé un centime à Thiem. Jusqu’à maintenant, j’ai survécu sans son argent ».

Pourtant, en utilisant ses propos déformés pour construire son récit, en opposant son histoire à la sienne, en s’adressant à lui continuellement pendant les 10 minutes de la vidéo, Inès Ibbou fait de lui un privilégié, ignorant, radin, égoïste, imbu de lui-même. Pour preuve, le nombre considérable de commentaires désobligeants à son égard, venant parfois de personnes ne connaissant rien de lui :

« J’espère que tu apprendras ce que sont le respect et la générosité parce que c’est une honte »
On se passera de la traduction…

En plus de dégrader sa réputation, l’Algérienne, en comparant son parcours au sien, laisse entendre que le numéro 3 mondial ne mérite que partiellement d’être où il en est aujourd’hui… lui qui, contrairement à elle, a une famille qui évoluait déjà dans le tennis, est né en Europe, a bénéficié d’aides et de structures adéquates, etc. Certes. Mais alors qu’elle qualifie son monde de « magique », il est bon de rappeler que tout n’a pas toujours été facile pour l’Autrichien qui, lui aussi, a dû batailler pour devenir qui il est. Lui aussi a eu des obstacles sur son parcours, peut-être plus faciles à surmonter que ceux d’Inès Ibbou, mais suffisamment difficiles pour qu’il connaisse les notions de sacrifice et privilège. Extraits d’une lettre ouverte écrite par une utilisatrice sur Twitter en réponse à celle de la 620ème mondiale :

Sais-tu, Inès, que la mère de Dominic est tombée enceinte à 20 ans de manière imprévue, qu’elle avait donc besoin de gagner de l’argent très rapidement et que c’est la seule raison pour laquelle elle est devenue entraîneuse de tennis ? Elle faisait des études scientifiques. Elle avait probablement des rêves et des projets. Elle les a abandonnés. Ne penses-tu pas que Dominic est totalement conscient et reconnaissant du sacrifice qu’elle a fait ?
Sais-tu, Inès, que la grand-mère de Dominic a dû vendre son appartement pour financer ses entraînements ?
Sais-tu, Inès, qu’entre 2010 et 2013, Dominic a été atteint par une bactérie qui a véritablement retardé son arrivée sur le circuit principal ? […] Une bactérie qui l’a amené à craindre pour sa vie et passer un mois à l’hôpital. Ne crois-tu pas que Dominic sait à quel point la vie « peut être dure parfois » ?

Une lettre importante, un mauvais destinataire

Ainsi, force est de constater que l‘Algérienne en a fait une affaire personnelle avec l’Autrichien, comme le montre la description mise en-dessous de sa lettre sur Instagram :

« Cher Dominic, à la suite de tes propos qui m’ont blessée, j’ai décidé de t’écrire cette lettre. J’espère que cela te fera changer d’avis à mon sujet et celui de ceux qui connaissent la même situation que moi. »

Pourtant, Inès Ibbou a bien conscience que le n°3 mondial n’est pas celui à qui il faut s’en prendre :

« Ne te méprends pas : je ne t’en veux pas pour ce que tu es ou pour la situation actuelle parce que, après tout, ce sont surtout les fédérations nationales et internationales qui doivent s’occuper du monde du tennis et de ses problèmes. »

Pourquoi, alors, adresser cette lettre ouverte à Dominic Thiem ? Pourquoi le pointer du doigt pendant dix minutes ? Sans doute pour attirer davantage l’attention, au détriment de l’Autrichien, très populaire et apprécié sur le circuit. Une méthode décriée par certains, tandis que d’autres cherchent à rétablir l’image du n°3 mondial en montrant sa générosité et que certains joueurs volent à son secours :

Dominic Thiem n’est pas responsable de sa situation. Si elle a une histoire à raconter, qu’elle la raconte, mais Thiem n’a rien à voir là-dedans.
14ème minute : « la lettre était adressée à Dominic Thiem, je n’ai pas aimé cela. C’était agressif vis-à-vis de lui et très spécifique par rapport à certaines choses de sa vie. Si ça avait été juste un document expliquant les difficultés auxquelles elle fait face en tant que joueuse de tennis, ça n’aurait pas posé problème. Mais même si la vidéo est très intéressante, incriminer Dominic Thiem est vraiment déplacé ». – Naomi Cavaday
« C’est son argent et il fait ce qu’il veut avec. Ce n’est pas sa faute si nous, joueurs et joueuses moins bien classés, ne gagnons pas « assez » d’argent. C’est à l’ITF de résoudre ce problème. Il ne devrait pas être détesté juste parce qu’il joue bien et qu’il ne veut pas partager son argent avec nous ».

La vidéo d’Inès Ibbou, tout le monde en conviendra, était nécessaire pour attirer l’attention sur une réalité que trop peu de personnes connaissent. Un témoignage important qui, espérons le, fera bouger les choses. Mais un témoignage terni par cette guerre, désormais ouverte, entre ceux qui la soutiennent et ceux qui considèrent la forme de la vidéo inacceptable. Ce qui est bien dommage. Alors qu’elle demandait simplement plus de respect et de reconnaissance, on ne peut s’empêcher de penser qu’elle a, elle-même, manqué de respect à l’Autrichien en le visant et en utilisant ses propos (déformés) pour faire passer un message plutôt destiné aux instances du tennis… Parvenir à ses fins, oui, mais à quel prix ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :